Le Rakugo, Revue de Presse

par Anita KYA

 

La Cie Balabolka est fondée en 2006 avec le conteur ethnologue, Stéphane Ferrandez, ainsi que l’auteure et metteuse en scène : Sandrine Garbuglia. Ils ont à leurs actifs plus de 20 spectacles de contes tournés en France et en Asie. En 2014, j’ai été à leur spectacle intitulé « Histoires tombées d’un éventail ». En 2018, j’ai réitérée mon expérience après leur invitation pour le rakugo appelé « Marcher vers Levant ». Lire l'article ici -> 

Avec « Marcher vers Levant », Stéphane Ferrandez passe maître dans l’art de conter à la japonaise

Christina Marino

 

Stéphane Ferrandez fait partie de ces conteurs qui ont su trouver un sillon fertile à cultiver dans l’immense champ de la littérature orale à travers le monde et qui sont parvenus avec talent à en faire leur spécificité, leur « marque de fabrique » en quelque sorte, pour se distinguer des autres et sortir du lot parmi la multitude d’artistes de la parole. Il est ainsi devenu le principal spécialiste en France du « rakugo », une forme de divertissement populaire japonais, entre conte traditionnel et histoire comique (le terme lui-même signifie littéralement « histoire qui se termine avec une chute drôle »), qui remonte au début de l’époque Edo (1603-1868), soit le XVIIe siècle. Associé à l’auteure et metteuse en scène Sandrine Garbuglia, avec qui il a fondé en 2006 la compagnie Balabolka, tous deux lauréats en 2009 de la prestigieuse Villa Kujoyama (l’équivalent japonais de la Villa Médicis) à Kyoto, il ne cesse d’œuvrer depuis 2010 pour la promotion de cet art de conter à la japonaise aux quatre coins de la France et sur Internet avec des sites dédiés : www.rakugo.fr et rakugofrance.blogspot.fr.

 

Lire l'article ici -->

 

La rencontre, ou le début d'un duo conteur

Stéphane, ethnologue-conteur, profite de la vie japonaise lors de sa permanence à la Villa Kujoyama à Kyoto, accompagné de Sandrine Garbuglia, auteur et metteur en scène. Nous sommes alors en 2009. Le conte et les jeux de langage faisant déjà partie de sa vie, Stéphane entreprend, cette année-là, l'apprentissage de cet art nippon à Osaka, accompagné d'un maître rakugoka. Uniquement en français, Stéphane s'approprie petit à petit les bases de cet art qui le fascine. Le hasard faisant bien les choses, le chemin de Stéphane croise celui de Cyril lors d'un séjour à Tokyo. C'est un véritable coup de foudre amical et complice. En découle alors le déclic qui incitera Cyril à franchir le cap vers l'apprentissage du rakugo.

Grand maître rakugoka d'Osaka, Hayashiya Someta devient alors le mentor de Cyril pour cette longue et dense période d'initiation à cet art japonais. Tout au long de l'année 2010, Cyril se rendra une fois par mois dans la capitale du Kansai pour y étudier le rakugo, tel un sérieux disciple. Il se forme aux différentes techniques, y apprend les codes stricts et débute son répertoire d'histoires à chute... tout cela en japonais, bien évidemment. La complicité entre Cyril et Stéphane les amènera à développer différents projets, sous le regard bienveillant de maître Someta. Bien acceptés dans la communauté, plutôt fermée, des rakugoka, les deux conteurs français démarrent leur "carrière" en 2011. Première scène à Tokyo pour Cyril. Spectacles en France pour Stéphane. Aujourd'hui, les amis des mots et du geste organisent leur 4ème tournée au Japon pour la fin 2017. A raison d'une tournée tous les deux ans, les sages élèves de 2009-2010 ont donc fait du chemin.. un chemin parsemé de drôles d'histoires et de personnages hauts en couleur.

 

Lire l'article entier - >

« L’île aux libellules » ou le Japon revisité par Stéphane Ferrandez, entre humour et tradition

Le conteur Stéphane Ferrandez dans le spectacle de « rakugo », « L'île aux libellules »

Connaissez-vous le « rakugo » ? Il ne s’agit ni d’une spécialité culinaire, ni d’un jeu de société venu du Japon… mais d’une forme de divertissement populaire japonais, entre conte traditionnel et histoire comique (le terme lui-même signifie d’ailleurs littéralement « histoire qui se termine avec une chute drôle »). Il remonte au début de l’époque Edo (1603-1868), soit le XVIIe siècle. Personnellement, je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce que je reçoive une invitation pour L’île aux libellules, un spectacle proposé par Stéphane Ferrandez (conteur) et Sandrine Garbuglia (auteure et metteuse en scène), membres de la compagnie Balabolka. Depuis un séjour au Japon en 2009-2010, avec à la clé une résidence à la prestigieuse Villa Kujoyama (l’équivalent japonais de la Villa Médicis) à Kyoto, dont ils sortent lauréats en 2009, ils ne cessent d’œuvrer pour la promotion de cet art de conter à la japonaise aux quatre coins de la France et sur Internet avec des sites dédiés : rakugofrance.blogspot.fr et www.rakugo.fr.

 

(à suivre ici)

dernier article sur le web

LES FOUS DU RAKUGO

 

Écartons-nous un peu du champ de la musique pour parler d’un art japonais de la scène appelé Rakugo. Vous n’en avez sans doute jamais entendu parler si vous n’êtes pas un tant soit peu japonophile. Moi-même, je n’en ai appris l’existence que dernièrement lors d’une rencontre intéressante à Tokyo, avec un dénommé Cyril Coppini.

[Interview] Rakugo : « Venez découvrir l’humour japonais ! »

Lorsqu’il est question de rire et du Japon, on pense souvent à leurs publicités complètement loufoques. Cependant, l’humour japonais, c’est bien plus que ça, et c’est ce que Stéphane Ferrandez s’échine à faire découvrir à son public. Il pratique le rakugo, un art vieux de presque quatre cents ans issu d’un Japon populaire et bien moins sérieux que ce que les clichés laissent entrevoir… Nous avons eu la chance de le rencontrer durant  Japan Expo pour discuter de ce qui l’a amené à devenir rakugoka, de ce que cela représente pour lui, mais aussi du Disciple de Doraku, d’Isan Manga, dont la préface a été écrite par sa compagnie…

KOURANDART

 

Histoires tombées d’un éventail – Contes japonais en tournée par Benoit Fortrye

Posté par angelique lagarde le 4 septembre 2011

 

« Autant d’esprit que de cheveux sur la tête »

Qu’est-ce que le Rakugo ? Comment un jeune européen peut-il s’emparer avec tant d’aisance de cet art ancestral japonais ? Où se cache  le Kami ? Quelle est la cuisson idéale des nouilles ? Ce sont autant de questions auxquelles répondent ces histoires tombées d’un éventail narrées par le facétieux Stéphane Ferrandez.

LE PARISIEN

Il pratique l'art du rakugo

>Île-de-France & Oise > Seine-Saint-Denis > Montreuil|30 juin 2011, 7h00 |MArie-Pierre BOLOGNA
 
 
Assis sur un coussin à la japonaise, vêtu d'un kimono bleu foncé, Stéphane Fernandez raconte des « Histoires tombées d'un éventail » — le nom du spectacle qu'il a créé avec sa compagne, Sandrine, à partir de leur expérience au Japon.

Le couple d'artistes de Montreuil a fait de nombreux séjours au pays du Soleil levant. Ils en ont rapporté le rakugo. Un art populaire qui s'inscrit entre la tradition du conte et celle du récit griot et qu'ils ont adapté à la culture française.

Des mimes de situtations et d'histoires surprenantes


Le résultat, vraiment étonnant et très drôle, est à découvrir aujourd'hui* sur une scène de la Japan Expo qui ouvre ses portes à Villepinte. Stéphane Fernandez y joue aujourd'hui avant de rejoindre le Festival off d'Avignon.

Avec pour seuls objets un éventail et un morceau de tissu, Stéphane, assis les jambes repliées sous lui, donne l'illusion de marcher sur son coussin, voire de courir pour satisfaire une envie pressante. Il peut aussi manger des nouilles dans l'échoppe d'un commerçant qu'il a l'intention d'escroquer un peu maladroitement. Et plus tard tailler un bonzaï dans son jardin. Il enchaîne ainsi récits et mimes de situations et d'histoires tour à tour improbables, amusantes ou surprenantes.

« J'ai été immédiatement conquis par cette forme d'expression méconnue en France. C'est une partie très authentique de la culture du Japon que j'ai vraiment découverte à travers ce mode d'expression. Beaucoup de contes jouent sur la situation et ça, c'est assez universel », raconte Stéphane. « Les histoires les plus compliquées à traduire sont celles où tout se joue autour des niveaux de politesse, par exemple entre un ouvrier et son patron. Au Japon, il y a sept niveaux de politesse là où souvent, en France, dans un contexte comparable, on a au mieux le tutoiement et le vouvoiement. On peut s'en sortir par l'argot, mais ce n'est pas le même degré de subtilité », confie Sandrine qui a travaillé sur des traductions anglaises. « Nous avons vécu par intermittence au Japon pendant quatre ou cinq ans avant de pouvoir y rester sept mois d'affilée. Je parle un peu la langue, mais pas assez bien pour la traduire directement », explique Sandrine. Le couple amoureux du Japon était sur le point d'y repartir quand le tsunami a frappé le pays. « C'est une raison supplémentaire de faire vivre le rakugo en France », souligne Sandrine. Ils en donneront à nouveau un bel aperçu cet été au Festival off d'Avignon.

* Aujourd'hui, de 14h45 à 15h45, sur la scène culturelle du salon.

 

 

 

  Le Parisien

Comment nous joindre

RAKUGO FRANCE

Actualités

Dimanche 06 mai 2018

de 13h00 à 14h30

 

Rencontre autour du RAKUGO

 

dans le cadre du Salon KAGUYA

 

 

J'aurais le plaisir d'échanger avec vous sur notre expérience du Rakugo

réservation impérative car nombre de places limitées

Vendredi 25 mai 2018

à 20h02

 

Balade en kimono

pour public ado/Adultes

Festival

Spectacles en Jardin

 à MORANGIS

 

Suivez le conteur en Balade dans un japon d'un autre siècle, peuplé de fantômes et de personnages plongés dans des aventures plus cocasses les unes que les autres

 

réservation impérative car nombre de places limitées

MJC RELIEF

 

 

Le samedi 2 juin 2018

 

 

Yokai, le bestiaire merveilleux du Rakugo

 

Convention

EPITAMINE

 à MALAKOFF

 

La Convention Epitanime est une des plus vieilles conventions amateur sur la Japanimation en France.

Nous aurons la joie de vous y retrouver lors de notre conférence- spectacle !!

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© RAKUGO FRANCE/ Cie Balabolka/ S.ferrandez/ S.Garbuglia